Blue Dream : un Rêve qui va durer ?

Blue Dream, on peut rêver

Le cannabis reste malgré tout la « drogue » préférée des Français. Selon des statistiques de 2016, quelque 17 millions de personnes déclarent avoir déjà fumé un joint, ce qui représente un dixième de la population adulte, c’est-à-dire des personnes ayant l’âge légal. Le cannabis reste une drogue illicite bien que depuis peu le cannabis CBD a fait son entrée sur le marché européen et est admis pour des utilisations médicales. La Blue Dream serait le cannabis qui va révolutionner la perception du cannabis et ce serait le cannabis légal par excellence.

Blue Dream : profiter d’un flou juridique évident

Plusieurs entreprises essaient d’exploiter un flou juridique existant dans la législation sur le cannabis en commercialisant la Blue Dream, une sorte de cannabis à faible dose de THC. En effet, la législation française permet l’utilisation, la commercialisation d’herbe ayant une dose de THC inférieure à 0,2 % contre 15 % dans le cannabis classique. Une quantité bien plus restrictive que dans les autres pays de l’Union européenne et sa zone de libre-échange (L’EU, l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein). En revanche, la quantité de CBD contenue dans la Blue Dream est nettement supérieure.

Venez aussi voir : le jdc

Blue Dream : qu’en est-il exactement ?

L’Agence du médicament de même que la Direction générale de la santé affirment toutes les deux que la détention, le transport et la fabrication de e-cigarettes CBD bénéficient d’une dérogation si le taux de THC contenu n’atteint pas plus de 0,2 % bien que la détention, le transport du cannabis et de ses dérivés est interdit. De quoi laisser une grande marge d’interprétation aux tribunaux. On comprend aisément que les autorités soient mal à l’aise, car comment définir sur le tas le taux exact de THC, 0,2 % étant une dose assez faible pour ne pas dire minime.

Blue Dream, une condamnation

Bien que la législation concernant le cannabidiol a subi en France, comme dans d’autres pays de la zone de libre-échange de l’Union européenne, un assouplissement significatif de sa réglementation, le tribunal de Marseille a quand même condamné en novembre 2017 les responsables de Kanavape pour la vente de e-liquide et de e-cigarettes.

Venez aussi voir : Comment choisir un mini-four ?

Alors, quel futur pour la Blue Dream ?

Des études très poussées ont identifié la Blue Dream comme contenant des composants qui, bien qu’elle ne puisse pas être notifiée comme un élixir miracle à cause de leur existence, présentent de très nettes propriétés anti-inflammatoires et que cela rendrait la Blue Dream efficace dans le traitement de certaines formes d’épilepsie, de certaines formes de cancer mais aussi dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, le cannabis CBD et donc la Blue Dream CBD ne bénéficie pas de la recommandation de l’OMS pour l’usage médical. L’OMS refuse également de la ranger dans les substances qui ne sont pas des drogues.

crédits : contrepoints.org